National

  • CIH : Les fortes attentes de l’APF pour des mesures concrètes !

    L’Association des paralysés de France (APF) salue la tenue du Comité interministériel du handicap (CIH) mercredi 25 septembre, attendu avec impatience par l’association et les personnes en situation de handicap.

    Malheureusement et malgré plusieurs alertes au Premier ministre et au président de la République, les sujets des ressources et de la compensation sont les grands absents de ce rendez-vous ! Faut-il en déduire que ces sujets seront passés sous silence durant tout le quinquennat ?

    L’association attire également l’attention sur l’accessibilité qui sera au cœur des discussions de ce CIH. L’APF attend des arbitrages précis et des mesures fortes, à mettre en place immédiatement, afin de respecter l’échéance d’accessibilité au 1er janvier 2015. Un sondage Mediaprism pour l’APF montre que 97% des Français considèrent que l’accessibilité est un sujet prioritaire ou important et que 77% d’entre eux estiment que la France est en retard sur ce sujet. Le Premier ministre et son gouvernement vont-ils enfin répondre à cette problématique majeure qui concerne l’ensemble de la population, comme le montre la prochaine campagne institutionnelle de l’APF ?

    L’association, qui est renvoyé à ce CIH depuis plus d’un an par le gouvernement, attend aujourd’hui des réponses claires et des décisions importantes afin de répondre aux besoins des 10 millions de personnes en situation de handicap et de leur famille. Il est du ressort du Premier ministre et de son gouvernement, de ne pas faire de ce CIH, un rendez-vous manqué !


    Pour lire le communiqué de presse de l'APF, cliquez ici : communiqué Ciss.pdf

    Pour voir le relevé de décisions, cliquez ici :relevé CISS.pdf

     

  • Une loi et un rapport pour faire avancer l’inclusion scolaire

    Double événement le 25 juin : pendant que les parlementaires adoptaient la loi pour la refondation de l’école, Pénélope Komitès remet­tait le rapport de son groupe de travail, dont faisait partie l’APF, sur la professionnalisation des accom­pagnants scolaires.

    La rentrée scolaire 2013-2014 devrait se dérouler comme les précédentes : dans le cafouillage. Comment pour­rait-il en être autrement, étant donné le statut précaire des auxiliaires de vie scolaire et le manque de places, qui provoque la mobilisation de l’APF [voir encadré] ? Faut-il attendre du mieux pour la rentrée 2014-2015 ? Peut-être, si le gouvernement adopte les principales propositions du groupe de travail sur la profes­sionnalisation des accompagnants scolaires, composé de représentants d’associations (dont l’APF), de syn­dicats, des pouvoirs publics... Sa présidente, Pénélope Komitès, a officiellement remis son rapport, fin juin, à Marie-Arlette Carlotti.

    “Accompagnant de jeune handicapé”

    Le groupe recommande la création d’une fonction d’accompagnant de jeune handicapé (AJH). Ces AJH accompagneraient les enfants et les adolescents dans tous leurs lieux de vie, « chaque fois que cela est néces­saire » : à l’école, bien sûr, mais aussi en stage, au centre aéré, etc. Les AJH seraient recrutés sur contrat à durée indéterminée de droit public par un groupement d’intérêt public, qui permettrait d’organiser la concertation de tous les acteurs publics et associatifs et de recueillir les financements, mais dans lequel le ministère de l’Éducation natio­nale aurait la « prééminence ». Une formation initiale d’un an débouche­rait, dès juin 2015, sur un diplôme de niveau CAP/BEP ou bac. « Le rap­port est très fidèle au consensus qui s’est dégagé durant les travaux, note Bénédicte Kail, conseillère nationale éducation et familles de l’APF. Reste à voir ce qu’annoncera le gouverne­ment lors du CIH ».

    Le jour même où Pénélope Komitès remettait officiellement son rapport, le Parlement adoptait définitivement le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école. Le texte final prend mieux en compte la situation des élèves handicapés que la mouture proposée par le gouvernement, qui ne com­prenait pas une seule référence au handicap, mais il n’est pas à la hau­teur des attentes de l’APF qui avait soumis de nombreux amendements aux parlementaires. « Nous voulions que soient explicitement spécifiés les principes d’une école inclusive et de la prise en compte des besoins éducatifs particuliers des élèves en situation de handicap et des adap­tations spécifiques dans la formation des enseignants, explique Bénédicte Kail. Ce qui n’a été que partiellement fait. » Une occasion manquée…

    Extrait de En direct APF, n°30, Juin-Juillet 2013

     

     

  • CIH: mais qu’attend le gouvernement ?

    La date du comité interministériel du Handicap (CIH), annoncé depuis plusieurs mois par Mme Carlotti, ministre en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, n’est toujours pas connue. Le gouvernement dispose néanmoins des éléments pour prendre les décisions urgentes qui s’imposent, comme le demande instamment l’APF.

     L’impatience grandit à l’APF : « Depuis un mois, le gouvernement renvoie notre association vers le CIH, pour avoir des réponses précises. Or celui –ci prévu en Juin a été reporté à Juillet puis à Septembre! », s’exclame le Président de l’APF par voie de communiqué de presse. Marie-Arlette Carlotti a fait connaître les quatre points qui seront abordés : l’accessibilité, l’accès aux soins, l’éducation et l’emploi. « Ce choix semble dicté par des raisons de communication, une grande réunion interministérielle assortie de plusieurs annonces et ne correspond pas à l’urgence des sujets », regrette Patrice Tripoteau, directeur général adjoint de l’APF.

    Accessibilité: il y a urgence à moins de 18 mois de l’échéance du 1er Janvier 2015 ! La CIH adoptera-t-il la proposition phare du rapport Campion, rendue le 1er Mars: établir les agendas d’accessibilité programmée ? Les maîtres d’ouvrage publics et privés s’engageraient sur un programme de mise en accessibilité avant fin 2014. Ces Ad’ap auraient une durée de 3 ou 4 ans, prolongeable de deux ou trois ans. « S’ils sont ouverts à tous les dialogues pour réussir 2015, les adhérents de l’APF agiront et s’opposeront à toute négociation qui viserait à limiter les principes d’accessibilité et de conception universelle », clame la motion n°1 adoptée lors de l’AG et opportunément appelée « Accessibilité: l’échéance de 2015  n’est pas contournable ».

    Accès aux soins: le gouvernement trouvera de nombreuses propositions concernant l’accès aux soins dans le rapport e Pascal Jacob. Il propose d’intégrer la prévention et le dépistage dans les projets d’établissement; de créer un tarif spécifique pour les consultations plus longues de patients handicapés, de former les professionnels de l’accompagnement à la fin de vie, de développer l’hospitalisation à domicile, etc…

    Education: des mesures sur la professionnalisation des accompagnants scolaires devraient être annoncées à l’issue du CIH. Reste à savoir si le gouvernement va reprendre à son compte les propositions du groupe de travail présidé par Pénélope Komitès.

     Emploi: Alors que le nombre de demandeurs d’emplois handicapés a bondi de 80%, depuis fin 2007, le gouvernement n’a annoncé que quelques « mesurettes » à l’issue de la conférence sociale des 20 et 21 Juin.  On est bien loin du « plan d’action fort et concerté » qu’appelait l’APF de ses vœux dans sa contribution à la conférence sociale.  Le CIH lui donne l’occasion d’aller plus loin.

     

    « Je suis consterné et agacé quand j’entends dire que l’APF n’est pas raisonnable, va trop loin dans ses demandes, est extrêmiste voir intégriste ! » s’est indigné Alin Rochan en ouvrant l’Assemblée Générale de l’APF (29 Juin 2013). « Pour moi ce qui est extremiste et intégriste, c’est cette obstination des pouvoirs publics et des lobbies à considérer les personnes en situation de handicap comme des citoyens de seconde zone. » Et le Président de l’APF d’annoncer qu’il « apparaît vraisemblable que nous aurons à nous mobiliser dès la rentrée prochaine, d’une manière ou d’une autre, pour faire avancer la revendication sur ces thèmes. » 

     

    Extrait de En direct APF, n°30, Juin-Juillet 2013